Tuesday, December 7th, 2021

Wayne Holmes, expert en intelligence artificielle : « La recherche devrait porter sur un exosquelette pour les enseignants plutôt que sur le tutorat intelligent ».

Selon le professeur de l’University College London, « la numérisation des écoles est importante, mais elle n’est pas la solution en soi ».

Wayne Holmes, professeur à l’University College de Londres, montre souvent la photo d’un bébé à côté d’une puce dans ses cours. Il demande ensuite à l’auditoire : si nous continuons à fonder l’éducation uniquement sur la transmission de connaissances, pourquoi ne pas mettre toutes les connaissances de Wikipédia sur une puce et les implanter dans les bébés ? C’est quelque chose qui peut être fait, dit-il, dans un avenir relativement proche. Alors, insiste-t-il, si l’éducation ne consiste qu’à transmettre des connaissances, mettons la puce dans les cerveaux et fermons l’école, car elle ne sera plus nécessaire. « Ce n’est évidemment pas le cas. Vous allez à l’école pour apprendre des connaissances, mais aussi pour être un être social, pour comprendre comment interagir avec les autres, comment développer des compétences critiques, la créativité… », explique Holmes (Ontario, Canada, 62 ans). Expert en intelligence artificielle appliquée à l’éducation et conseiller auprès d’organisations internationales comme l’Unesco, il a participé à la dernière édition du forum Enlighted, qui a réuni le mois dernier 150 experts mondiaux de l’éducation et de la technologie. Peu de temps auparavant, il s’est entretenu avec ce journal par vidéoconférence.

Question : Insistez-vous souvent dans vos présentations pour que les enseignants s’impliquent dans le débat sur l’intelligence artificielle dans l’éducation ? Que se passera-t-il s’ils ne le font pas ?

Réponse. Dans le domaine de la technologie éducative, nous avons des spécialistes, des techniciens, des ingénieurs en intelligence artificielle qui sont très bons dans ce qu’ils font. Ils sont très bien formés. Ce sont des experts. Et quand ils regardent où ils appliquent leur expertise, ils pensent : « L’éducation ? Je comprends cette histoire d’éducation. Je suis allé à l’école, mes enfants vont à l’école, je comprends l’éducation ». Mais, en réalité, ils ont des connaissances très superficielles, alors ce qu’ils essaient de faire, c’est d’automatiser des choses, mais des choses qu’ils ne devraient pas faire. Par exemple, au cours des presque 50 dernières années, une communauté de chercheurs en intelligence artificielle appliquée à l’éducation a réalisé de grandes choses. Mais au cours des huit dernières années, le monde universitaire a décliné et ce sont maintenant les entreprises qui s’en chargent. Et ce qui se passe, c’est que l’application la plus courante actuellement est ce qu’on appelle le « système de tutorat intelligent ». Avec cette technologie, l’enfant s’assied devant l’écran et interagit avec l’ordinateur, car c’est l’ordinateur qui sait le mieux, bien sûr. Et l’ordinateur emmène l’élève sur un chemin qui s’adapte à ses acquis et à ses difficultés pour le conduire à la bonne réponse. Le problème est que, d’une certaine manière, ils prétendent que c’est mieux qu’un enseignant. Mais ce n’est pas le cas ; c’est absurde. Ils peuvent être utiles, d’accord, pour compléter le travail de l’enseignant par des devoirs ou des travaux à faire dans le bus sur le chemin de l’école, par exemple.

P : Sur quoi devraient-ils travailler alors ?

R. Je pense que la plupart des enseignants sont très bons dans ce qu’ils font et que l’éducation et l’apprentissage sont une activité sociale où un plus un font trois. Nous apprenons ensemble. Et le problème est que ces technologies nous séparent. Avez-vous vu ces photos absurdes de 30 étudiants se regardant les uns les autres ?
Et c’est censé être mieux ? Alors, que pouvions-nous faire ? Nous pourrions nous concentrer sur l’aide à apporter aux enseignants pour qu’ils soient plus forts. Qui fait des recherches sur un exosquelette virtuel d’IA pour les enseignants ? Avez-vous vu ces exosquelettes qui aident à soulever un poids lourd ? C’est ce que je veux dire, pourquoi n’en avons-nous pas un aussi virtuel pour les enseignants ? Je vais vous donner un exemple concret dans le domaine de l’apprentissage collaboratif. Nous savons que lorsque les élèves apprennent ensemble, ils réussissent mieux que seuls. Mais nous savons aussi qu’il est très difficile pour un enseignant de mettre en place un tel apprentissage. Comment faire les bons regroupements ? Un outil très simple serait donc un outil permettant de faire ces regroupements [sur la base de leurs caractéristiques, de leurs résultats]. Bien que l’enseignant puisse ensuite le déplacer ou le modifier, cela pourrait faire gagner 10 minutes à chaque classe et faciliter cet apprentissage collaboratif.