Monday, December 6th, 2021

Les géants pétroliers américains en tête de liste des lobbyistes qui freinent l’action en faveur du climat

Le rapport sur les tactiques de lobbying désigne ExxonMobil et Chevron comme les pires, tandis que le constructeur automobile Toyota occupe la troisième place.

ExxonMobil et Chevron sont les organisations qui font le plus obstruction aux gouvernements lorsqu’il s’agit de définir des politiques climatiques, selon une étude sur les stratagèmes de lobbying « prolifiques et très sophistiqués » utilisés par l’industrie des combustibles fossiles.

Les plus grandes compagnies pétrolières américaines, ainsi que l’American Petroleum Institute, un groupe de pression, se sont révélées être les pires contrevenants dans un rapport mondial réalisé par les experts en lobbying du groupe de réflexion InfluenceMap. Ce rapport conclut que les entreprises manipulent les gouvernements pour qu’ils prennent des « chemins incroyablement dangereux » dans leur approche de l’action climatique.

Selon le rapport, les géants du pétrole ont opposé une « résistance intense » au programme vert de Joe Biden, alors que l’administration du président américain tentait d’éloigner le pays des combustibles fossiles.

Le rapport a été publié jeudi avant les discussions du sommet climatique Cop26 à Glasgow visant à accélérer la transition des combustibles fossiles vers les énergies propres. Il a également été publié une semaine après que le directeur général d’ExxonMobil, Darren Woods, a été accusé de mentir au Congrès américain lorsqu’il a nié que la société avait dissimulé ses propres recherches sur la contribution du pétrole à la crise climatique.

Le rapport indique que les tactiques de lobbying des entreprises expliquent en partie pourquoi les régulateurs de certains pays, comme l’Australie, ont eu du mal à obtenir un soutien en faveur d’une politique climatique plus ambitieuse à l’approche de la COP26 et sont de plus en plus considérés comme « un obstacle aux négociations mondiales ».

Toyota est le constructeur automobile le plus mal classé et le troisième au classement général du rapport, qui s’appuie sur plus de 50 000 éléments de preuve, couvrant des centaines d’entreprises et de groupes commerciaux parmi les plus importants au monde, pour analyser les activités de lobbying des entreprises en matière de climat.

Le rapport place Toyota parmi les entreprises les plus polluantes du monde en raison de son opposition aux délais d’élimination progressive des véhicules à carburant fossile et des véhicules hybrides.
Ed Collins, directeur d’InfluenceMap, a déclaré qu’il était clair que la transition vers un avenir énergétique propre resterait extrêmement difficile jusqu’à ce que les gouvernements prennent des mesures significatives pour lutter contre « le lobbying obstructif et anti-scientifique des intérêts particuliers des secteurs de la chaîne de valeur des combustibles fossiles ».

« Le livre de jeu des entreprises pour freiner la politique climatique a fait un long chemin depuis le négationnisme scientifique, mais il est tout aussi nuisible », a-t-il déclaré. « Ce que nous observons ne se limite pas à des efforts visant à saper directement les réglementations. Il s’agit également de techniques de capture narrative prolifiques et très sophistiquées, qui conduisent les gouvernements sur des chemins incroyablement dangereux. »

Le rapport du thinktank a noté une forte évolution parmi de nombreuses entreprises de combustibles fossiles vers un lobbying en faveur du gaz et au détriment du charbon. Cela inclut le lobbying de BP, qui était neuvième sur la liste mondiale, la société énergétique autrichienne OMV, qui était 10e, et le géant gazier public russe Gazprom, qui était 17e.

Un porte-parole d’Exxon a déclaré : « Il existe des opinions divergentes sur la meilleure façon de faire face aux risques du changement climatique. ExxonMobil soutient certaines politiques climatiques et s’oppose à d’autres. Mais ce serait une erreur d’assimiler ces désaccords politiques à la promotion de la ‘désinformation’ climatique. »